• la faible productivité du travail :
    - Problème de gestion des ressources humaines au sein des systèmes de production lié à la qualité des objectifs visés ;
    - Faible niveau de connaissances techniques lié aux insuffisances des systèmes de formation.       
  • l'absence de valorisation de la compétence :
    - les promotions ne reposent pas souvent sur la qualité intrinsèque de l'agent promu, mais sur des considérations propres à l'autorité qui prend la décision ;
    - Et cette approche démotive les cadres compétents capables de faire progresser le continent.
  • l'environnement économique difficile, obstacle majeur à l'essor de l'initiative privée :
    - le niveau de la fiscalité et la complexité des systèmes fiscaux découragent les investisseurs ;
    - les difficultés d'accès à l'énergie électrique, à la communication à moindre coût et l'insuffisance d'infrastructures routières, ferroviaires et portuaires de qualité réduisent l'attrait du continent pour les investissements ;
    - le niveau élevé de la corruption ;
    - le problème de la sécurisation des investissements.

  • l'absence de vision dans la conduite des affaires publiques :
    - la mal gouvernance (les secteurs prioritaires pour le développement ne bénéficient pas de l'attention des gouvernants) ;
    - la part des budgets allouée aux investissements publics reste faible ;
    - la gestion n'est pas axée sur les réformes structurelles indispensables à l'émergence des économies.

  • le non respect du bien public :
    - l'éducation des mass ne met pas l'accent sur le respect du bien public ;
    - l'absence de sanctions concourt au non respect des biens publics.